Fin de mandat à l'UCV

Publié le par Lohri

En date du 15 septembre 2016, la présidente de l'UCV et les élus du district de Nyon ont pris connaissance de mon retrait du comité de l'Union des Communes Vaudoises. Les statuts doivent être respectés. Aucune dérogation ne doit être demandée. Il y a assez d'élus pour porter le district dans les discussions cantonales.

Comme dit lors de la séance, j'ai eu la chance de travailler avec 3 présidents différents et j'ai pu voir se professionnaliser la fonction politique. Au début, la notion d'amicale était souvent reprochée à l'UCV. J'ai pu voir à quel point l'UCV a pris de la place dans le paysage politique et institutionnel vaudois.

Le Conseil d'Etat a créé des plate-formes qui ont permis de donner de la crédibilité au comité. L'avis de ce dernier devient même une argumentation forte du Conseil d'Etat devant le Grand Conseil. A plusieurs reprises lors des débats en plénum, la phrase magique "Cela a été négocié avec l'UCV, alors il ne faut pas aller changer les termes de l'accord". Il faut dire que cette tactique était aussi utilisée dans le cas contraire.

Lors de mon long passage au comité, j'ai pu enregistrer le mot d'ordre des présidents qui a été :

"vous êtes certes du district de x mais nous devons trouver le compromis de toutes les communes vaudoises en taille et en richesse !".

Ce message ne doit pas disparaître de la ligne de défense des communes vaudoises. Le comité de l'UCV n'est pas là pour défendre plus un district qu'un autre mais l'ensemble des membres. C'est la difficulté de notre UCV.

J'ai été souvent qualifié d'être solitaire ou isolé. Le fameux proverbe africain a été utilisé à mon égard : "Seul on court plus vite, ensemble on court plus loin !" mais je rappelle qu'il n'est que partiel car la chute du proverbe est "Tous on court pour rien !".

Si certains jugeront mon passage à l'UCV comme non représentatif des intérêts du district de Nyon, je leur rappellerai que j'ai fait partie du 75% de la population vaudoise qui a été défendue correctement face à l'Etat. Que sur des sujets majeurs de la politique vaudoise de ces 11 dernières années, c'est le district de Nyon et les autres associations qui ont couru toutes seules !

Ma plus grande victoire restera la PEREQUATION. L'idée de la valeur du point d'impôt a été validée. Pas plus tard que mardi 13 septembre 2016, le Grand Conseil a voté la dernière injustice, pour tous les Vaudois, que constituait la notion de valeur écrêtée de la valeur du point d'impôt par 99 oui contre 15 non et 16 abstentions.

Je ne remercierai jamais assez Monsieur Daniel Brélaz, d'avoir trouvé les mots pour convaincre nos autres collègues d'étudier cette piste lors de mon arrivée à l'UCV. La 1ère péréquation était une injustice et je l'ai combattue. C'est l'aboutissement de mon engagement politique.

La suite du travail est en cours. J'ai confiance, Les frais de l'AVASAD vont encore être augmentés. La population vieillissant, le principe du financement devra être adapté. La version de l'EMPL, proposant la répartition à la valeur du point d'impôt, passera certainement la rampe.

Présent sur les plate-forme de :

l'aménagement du territoire

l'accueil de jour des enfants

les transports scolaires, entre autres.

J'ai eu le plaisir d'aboutir à une situation favorable à la majorité des communes vaudoises.

Mon seul regret est de voir les discussions s'éterniser au sujet des constructions scolaires. Cela fait des années que nous avançons pour mieux reculer. Je laisse à mon successeur la volonté d'aboutir dans ce dossier.

De toutes ces années au comité de l'UCV, j'ai appris que nul n'est prophète en son district mais que j'ai eu une chance exceptionnelle de participer aux changements de la société vaudoise. Je me rappelle qu'il n'y avait personne du district de Nyon qui voulait aller à l'UCV il y a plus de 10 ans. Aujourd'hui, le district a compris qu'il y avait un coup stratégique à s'infiltrer dans l'UCV. J'ai au moins le mérite d'avoir suscité des vocations dans mon district.

Je quitte le coeur léger, le sentiment d'avoir respecté mes concepts politiques et philosophiques. Je ne remercierai jamais assez le secrétariat de l'UCV emmené par Madame Brigitte Dind et de toutes les adjointes de secrétariat qui m'ont accompagné dans mon engagement. Un grand MERCI à Monsieur Gianni Saïtta pour ses compétences et son soutien dans les derniers dossiers financiers.

MERCI à vous tous mes collègues et à TOI Madame la Présidente, pour votre engagement à notre union des communes vaudoises et au soutien que vous m'avez apporté !

Vive l'UCV

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article